BIENVENUE SUR MON BLOG
Un blog sur : sculpture ornementale sur bois , l'ornementation et la décoration.
Dessin et fabrication artisanale de tous les sculptures ornementales et ornements ornementaux sur bois . Reproductions et propres créations du mobilier Liegeois


lundi 24 août 2015

L’hôtel particulier de Sélys-Longchamps | Hôtel Crowne Plaza Liège | Chinoiseries du 18ème siècle | Intérieurs du 17ème et 18ème siècle



L’hôtel particulier de Sélys-Longchamps | Hôtel Crowne Plaza Liège

L’hôtel particulier de Sélys-Longchamps.  

Hôtel Crowne Plaza Liège 

Chinoiseries du 18ème siècle et 
Intérieurs du 17ème et 18ème siècle (XVIIe et XVIIIe)
_______________________
______________________

Dans cet article de blog, je vous parlerai de l’Hôtel particulier de Sélys-Longchamps sur le mont Saint-Martin à Liège. Quelques très jolis bâtiments du
17ème et 18ème siècle  (XVIIe et XVIIIe siècle) sont aujourd’hui incorporés dans l’hôtel Crown Plaza. Il y a de beaux intérieurs, de la sculpture en style liégeois du 17ème et 18ème siècle, une belle boiserie sculpté, et en plus, des chinoiseries du 18ème siècle.


Liège et l’institut Don Bosco


Je m’en souviens encore très bien: le temps formidable que j’ai passé à Liège entre 1986 et 1989. C’est dans cette ville que j’ai suivi la formation de la sculpture ornementale à l’institut renommé « Don Bosco », situé dans la Rue des Wallons. J’y ai « koté » (mot belge pour désigner la location d’une chambre d’étudiant) ce qui était un grand avantage puisqu’on puisse, de cette façon, se faire une bonne image de cette ville belge francophone.
J’ai fait la connaissance de la ville de Liège en m’y promenant plusieurs fois. Pendant de telles promenades, on peut découvrir une ville à plusieurs visages et des quartiers vifs, la Liège charmante mais aussi nonchalante, un héritage architecturale formidable, et on découvre aussi des lieux inconnus pour le touriste « modéré »
Quand je parle de Liège à quelqu’un, on réagit souvent que c’est une ville sale et agitée et qu’on n’aime pas vraiment y aller. Par contre, quand j’invite ces personnes de m’y accompagner, on est toujours surprise et on voit que la ville a beaucoup plus à offrir qu’on le pensait. 


Le mont Saint-Martin à Liège


Le mont Saint-Martin se situe à l’ouest du centre historique, dans la Rue du Mont Saint-Martin, une rue parallèle au Boulevard de la Sauvenière, situé plus bas. Dans le 17ème siècle, ce boulevard était un bras de la Meuse. De nos jours, il est une des artères de circulation les plus importantes dans le centre de Liège.
La colline de Publémont, appelée aussi « montagne publique », tire son nom d’une abbaye bénédictine construite là-bas au XIe siècle. Cette abbaye était une sorte de refuge, un lieu auquel la population pouvaient se réfugier afin d’échapper aux crues de la Meuse.

Pendant le 17ème et 18ème siècle, ce quartier était un quartier de patriciens. Il nous reste encore un grand nombre de monuments et de façades historiques qui datent de cette période. Le Saint-Martin, c’est du tape-à-l’œil dans ce quartier. Il domine tout le Boulevard de la Sauvenière. C’est une église gothique avec une très belle intérieure : la sacristie contient entre-autre de très beaux meubles, par exemple un meuble mural dans le style Régence liégeois, et toutes les portes sont décorées de compositions de trophées religieuses et de rocailles. 

L’hôtel particulier de Sélys-Longchamps | Hôtel Crowne Plaza Liège


Pendant mes années d’étude, je savais que quelques-uns de ces monuments historiques, qui se trouvaient sur le mont Saint-Martin, contenaient de très beaux intérieurs. En effet, au début de mes études, j’avais acheté le livre « Meubles, styles et décors entre Meuse et Rhin », un ouvrage de référence écrit par M. Joseph Philippe, un auteur important. Il était une autorité en ce qui concerne la connaissance sur l’histoire de la ville et le meuble liégeois, un connaisseur en œuvres d’art important que j’ai encore rencontré quelques fois.

Dans ce livre, il se trouve de belles illustrations grâce auxquelles on peut savoir dans quels bâtiments sur le mont Saint-Martin il y a des boiseries magnifiques, des jolis escaliers ou des portes en style liégeois, et dont on savait qu’il serait impossible d’y pouvoir entrer pour aller admirer toute cette

beauté. Une fois, j’ai osé de sonner à la porte d’un de ces bâtiments, à savoir celle de la Collection Jowa, située aussi sur le mont Saint-Martin. En ce temps-là, c’était probablement la collection privé des meubles liégeois et des objets d’art du XVIIIe siècle la plus prestigieuse en Belgique. Mais malheureusement, la porte demeurait fermée.

Les deux bâtiments les plus remarquables, situés au début du Publémont, sont les hôtels particuliers concomitants de Sélys Longchamps et des Comptes de Méan, tous les deux avec des façades très jolies. L’hôtel particulier de Sélys Longchamps a été la propriété de la famille noble De Sélys Longchamps. La personne la plus remarquable de cette branche généalogique est la baronne Sybille Michèle Émilie de Selys Longchamps, la mère de Delphine Boël. 


L’apparence plastique d’une boiserie du 18ème siècle
_________________________
________________


Détail d’un trumeau en bois polychromé, style liégeois
 


Aujourd’hui, après trente ans, deux de ces bâtiments ont reçu une autre fonction et ils sont incorporés dans un complexe hôtelier de Crowne Plaza. La partie historique du complexe de cinq étoiles, les maisons des Comtes de Méan et de Sélys Longchamps, comporte un restaurant, une salle de fête et quelques pièces plus petites. Ces pièces du 17ème et 18ème siècle  sont « héritage protégé » et elles se trouvent dans un très bon état. Mais quelques-uns de ces pièces que j’ai visitées, entre

autres la chambre avec les chinoiseries du 18ème (XVIIIe) siècle, sont, à mon avis, rénovées avec peu d’expertise.

La boiserie avec des ornements en style Régence ne présente pas de profondeur et pas de nuances de couleur. Personnellement, je trouve que ce manque entraîne une allure plastique: tout est peint sans âme et les ornements brillent à cause du vernis brillant (voir la photo ci-dessus). Est-ce que ce serait peut-être dû à l’artisan et ses connaissances, ou au capital à dépenser, ou à l’architecte qui tente, de cette façon, de donner une apparence moderne à un intérieur historique afin de le faire correspondre mieux au reste de l’intérieur de l’hôtel et de marquer le projet de son empreinte ?
Qui le dira ? Je sais seulement que la génération suivante s’énervera à notre mode moderne et qu’elle devra tenter de rétablir nos erreurs commis. Parfois on pense qu’on a appris quelque chose depuis les années 70, mais apparemment l’histoire continue à se répéter.


Ornements liégeois peints


Photo ci-dessus: c’est une photo en détail d’un ornement sur un trumeau ( = revêtement de menuiserie décorant la cheminée) en bois. Ce trumeau se trouve dans un des couloirs au premier étage. La peinture ne montre pas de profondeur, pas de nuances et elle est très peu soignée. On s’y est pris avec peu d’expertise et de passion. Je fronce les sourcils quand je me souviens que c’est un héritage protégé.


Crowne Plaza Liège, restaurant dans la construction neuve

Ornements liégeois, (polychromés)


L’hôtel particulier Sélys Longchamps


Le n°9 actuel du mont Saint-Martin, connu aujourd’hui sous le nom d’hôtel de Sélys Longchamps, est un bâtiment classé « patrimoine exceptionnel de Wallonie ». Au milieu du XVIe siècle, ce bâtiment extraordinaire était habité par des membres de l’illustre famille de la Marck, qui donnait à Liège un prince-évêque, Erard de la Marck (1472-1538).
Au milieu du XVIIe siècle, l’hôtel particulier devenait propriété de la famille de Méan, et notamment de François-Antoine, le dernier prince-évêque de Liège, destitué en 1794.



Après de nombreux changements de propriétaires, le baron Maurice de Sélys Longchamps rachètait en 1910 Les Comptes de Méan. C’est pourquoi l’hôtel porte aujourd’hui son nom. Pendant 12 ans, il procédait à une vaste campagne de restauration avec l’architecte Edmond Jamar, remplaçant certains éléments trop abîmés par des copies, avec du respect par rapport au passé, ou par des éléments en provenance d’édifices anciens extérieurs.


Depuis 1960 et le décès du baron, l’hôtel connaissait une longue période de travaux et il passait entre des mains successives de l’assureur Axa, de la Ville de Liège, de la Compagnie des eaux et enfin, de la société anonyme Royal Sélys qui le transformait en complexe hôtelier 5 étoiles


L’hôtel particulier des Comtes de Méan


Au n°11 du mont Saint-Martin se trouve l’hôtel particulier des Comtes de Méan, dont on confond souvent son histoire avec celle de son voisin, l’hôtel de Sélys Longchamps

Il s’agit d’un bâtiment en U, dont l’architecture est basée sur un noyau central du XVe siècle qui s’est progressivement élargi et qui a été transformé et décoré à différentes époques.

Les éléments les plus remarquables qui sont conservés, font partie de la façade donnant vers le sud. Cette façade en briques et calcaire porte la date de 1620, qui renvoie à son agrandissement

La façade du côté de la rue a été aménagée avec deux corps de logis latéraux et animés de pilastres à refends, dans un style éclectique. À l’intérieur du bâtiment de nombreux travaux ont eu lieu, entre autres la construction d’une remarquable salle de bal, aménagé dans un style néo-classique.


La cage d’escalier de l’hôtel particulier de Sélys Longchamps






La cage d’escalier, Sélys-Longchamps, première étage


L’hôtel Crowne Plaza à Liège

Il fallait cinq ans de montage de projet et de chantiers pour arriver à un résultat tel que les deux perles architecturales au pied du mont Saint-Martin, en face des collines de la citadelle. Le Crowne Plaza qui se trouve dans l’ouest de Liège, au-dessus de la Place Saint-Lambert, contient les deux bâtiments les plus remarquables au début du Publémont: les hôtels particuliers concomitants de Sélys Longchamps et des Comtes de Méan.


Ils sont longtemps laissés à l’état d’abandon, mais aujourd’hui ils se sont mués en un complexe hôtelier unique dans toute la région.
Sur le site Web du Crowne Plaza Liège : une réussite architecturale et économique totale transformait ce lieu en une rénovation unanimement saluée, tant en matière de préservation du patrimoine que de qualité des travaux entrepris en vue de sa réhabilitation.



 Chinoiseries du 18ème siècle | Intérieurs du 17ème et 18ème siècle


“Le Sélys”, restaurant gastronomique

Au rez-de-chaussée de l’ancien hôtel de Sélys Longchamps se trouve le restaurant gastronomique « Le Sélys », accessible par une autre porte d’entrée que celle de l’hôtel. Le restaurant, comme la plupart des pièces de l’hôtel, est aussi ouvert à une clientèle extérieure.


À l’intérieur, Le Sélys présente une capacité de 40 couverts, une salle d’apéritif et deux salles à manger, dont le salon Lovinfosse qui porte le nom de l’artiste Pierre-Michel de Lovinfosse (1752-1821). Ce salon présente un décor remarquable avec ses chinoiseries du XVIIIe siècle sur toile, un thème très populaire et à la mode à l’époque, et encore toujours très chic aujourd’hui.
La boiserie entière, avec les chinoiseries au milieu, est polychromée et dorée. Elle est sculptée en style Régence liégeois.
Ensuite, le restaurant dispose aussi de sa propre terrasse de 50 places, qui s’oriente vers le sud et qui offre une vue sensationnelle sur la Cité Ardente, Liège. Et en plus, il y a encore trois salles privées avoisinantes disponibles pour des réunions privées, avec la possibilité d’y consommer quelque chose

Traduction, Leen Nijssen
 

Restaurant “Le Sélys” dans l’hôtel de Sélys Longchamps


Ci-dessous quelques images qui montrent bien l’atmosphère particulière
 des intérieurs du XVIIe et XVIIIe siècle.
_______________________________
____________________________ 


Ornements liégeois du 18ème siècle et chinoiseries du salon Lovinfosse

Détails des portes | Des ornaments Liégeoise


L’hôtel particulier de Sélys-Longchamps | Hôtel Crowne Plaza Liège


Un trumeau en bois de chêne en style liégeois (Sculpté)


Un motif de rocaille magnifique en style liégeois

http://www.patrickdamiaens.be
link FB page